numéro vert 08 05 38 38 83

Un exemple incroyable de la façon dont le message du Point rose a été compris par les enfants et exploité en classe par les enseignants de l’école de Paloma, le jour de l’anniversaire du décés de Carla-Marie.

On pourrait imaginer que reparler aux enfants de Carla-Marie, ce jour-là, est trop perturbant et douloureux pour eux, que cela ne peut que raviver leur peine. Que seul le temps peut les aider. Oui le temps est un facteur précieux. Mais croire que parce qu’on ne parle pas aux enfants de ce qui est douloureux, ils n’en souffrent pas ou n’en parlent pas entre eux est illusoire. A l’heure des réseaux sociaux, des Instagram et autres Snapshat, il est impressionnant de voir leur capacité à échanger sur tous les sujets.

Le Point rose est là pour aider les personnes touchées, choquées, perturbées par la mort d’un enfant, à en parler autrement que dans la peur et la peine stérile. Le Point rose est là pour apprendre à décupler l’envie de vivre et partager de toutes ces personnes.

Les enseignants de l’école communale La Trébillane de Calas l’ont bien compris et ont évoqué le sujet de Carla-Marie sous cet angle. Sans même avoir connu Carla-Marie pour certains, ils ont échangé avec les enfants de leur classe le jour de ce triste anniversaire et ont utilisé le Point rose pour les faire imaginer toutes les belles choses que l’ont doit continuer à vivre et aimer après, tous les petits bonheurs, « les petits délices »,  qui font le sel de la vie. Tous les souvenirs heureux avec Carla-Marie à faire vivre dans son coeur. Et cela a donné…. un feu d’artifice d’amour et de vie.

« Les petits délices, c’était pour montrer à Carla-Marie que la vie est encore belle et qu’on a plein de petits bonheurs. Et que c’est ça ajouter de la vie aux jours », Paloma.
« Quand je me sens pas bien, je pense à Carla-Marie et tout va mieux », Carla.
« Quand je suis triste, je ferme les yeux et je pense à quelque chose de drôle ou que j’aime », Maxime.

velit, pulvinar leo adipiscing non Donec
Share This