numéro vert 08 05 38 38 83

Nathalie partage une rencontre qui l’a beaucoup aidée après la disparition de sa fille Marie, il y a trois ans. Un petit bonheur qui l’aide aujourd’hui à se réconcilier avec la vie. Merci Nathalie pour ce rayon de soleil ☀️

« A propos de « petits bonheurs qui se cachent derrière le grand malheur »… comme disait Carla-Marie inspiratrice du Point Rose🌸, je me dois de vous raconter une jolie petite histoire qui se cache derrière la grande et douloureuse histoire de ma fille et de la mienne.

Depuis que je vais arroser « le petit jardin » de Marie en haut de la rue du Bélvédère, je rencontre souvent une dame âgée à la silhouette élancée et au regard vif. Parfois, elle pénètre dans le cimetière jouxtant la forêt et surplombant la banlieue de Saint-Germain en Laye en même temps que moi. D’autres fois, elle s’occupe avec soin des plantes déposées sur le caveau familial séparé du nôtre par une simple allée.

Nous avons échangé quelques mots au début, elle venait de perdre son mari tant aimé et je venais de perdre ma Marie tant aimée. Nous nous réconfortions l’une l’autre et nous nous sommes confiées l’une à l’autre un peu plus à chaque fois. Très vite, j’ai appris qu’elle avait perdu sa fille dans un accident à l’âge de 4 ans. Elle ne pouvait que me comprendre… Nous trouvâmes l’une chez l’autre la plus grande écoute et le plus grand réconfort.

Nous ne nous sommes pas toujours retrouvées au même endroit à la même heure, alors nous nous sommes laissées des petits messages ou des textes inspirants sur la pierre sous un pot. Nous avons arrosé les plantes de l’autre ou nous avons même apporté des fleurs pour l’autre en espérant que cela lui apporterait un peu de joie. Nous nous sommes retrouvées autour d’un thé et nous avons partagé notre histoire douloureuse et nos petites et grandes joies. Nous nous sommes offerts des lectures, comme « L’autre côté de la vie » de Philippe Ragueneau (qui raconte comment son histoire d’amour avec sa femme a continué après la mort de celle-ci. Ce livre fait partie de nos plus beaux échanges) ou des poèmes, pour aider l’autre à mieux comprendre ce qui nous arrivait ou ce que nous ressentions.

Nous avons pris des nouvelles l’une de l’autre ne nous rencontrons plus un temps. Et puis à nouveau, sans ce donner le mot, nous nous sommes retrouvées à la porte du même cimetière échangeant de doux souvenirs, des conseils de jardinage, nos difficultés face à des deuils d’enfant qui n’en finissent pas.

Sans y penser, sans forcément l’organiser, nous espérons toujours nous rencontrer au détour d’un chemin du village où nous habitons, elle depuis ses vingt ans et moi depuis bientôt une vingtaine d’années. J’ai dit à cette dame si touchante qui porte la perte de sa petite Brigitte depuis si longtemps qu’elle pourrait elle aussi faire partie de l’Association du Point Rose🌸 Elle m’a souri et m’a répondu « sûrement ». Je me surprends à penser parfois que ces précieux échanges sont peut-être organisés par nos étoiles… »

Nathalie ajoute : Cette dame qui me soutient et que je soutiens s’appelle Claude et a plus de 80 ans. Elle est magique… Très jeune d’esprit, amoureuse de la vie malgré tout…, elle adore conduire vite. Elle s’occupe de sa belle soeur qui a 10 ans de plus qu’elle et est responsable de l’accident qui a tué sa fille de 5 ans. Elle avoue d’ailleurs avoir du mal à lui pardonner mais se retrouve être la seule personne à pouvoir s’en occuper. Comme ma Marie, celle-ci aimait entrer dans les églises pour y entrer. Elles disaient que ça les apaisait. Cette petite Brigitte a dit à sa mère avant de partir…: « Maman, il ne faudrait pas que je mourru ! ». Ce témoignage s’est comme imposé à moi…Je me dis parfois que je suis pour elle un peu cette petite fille partie avant ma naissance…et que nous nous sommes retrouvées pour nous entraider. » 💞

vel, luctus Curabitur accumsan efficitur. commodo massa
Share This