numéro vert 08 05 38 38 83

Pour partager ce premier anniversaire et l’amour qui lie Julien, ses parents et Estelle sa sœur 💖 Marie-Thérèse a réalisé ce dessin qui les réunit aussi simplement qu’un baiser pour dire l’essentiel.

Un dessin qui est bien plus qu’un dessin. Depuis un an, Marie a découvert le dessin satirique, celui que Julien aimait pratiquer, qui l’inspire aujourd’hui, et qu’elle partage sur la page Garlic Bagus, le pseudo de Julien 💞

De l’humour, de l’ironie parfois, cette politesse du désespoir, mais aussi chez Marie-Thérèse et Julien un hymne à l’amour plus fort que la mort 💗 Un lien qui perdure en eux et prend la forme de ses dessins.

Les mots de Marie-Thérèse à son fils Julien, le jour du premier anniversaire de son envol. Les mots d’un papillon à une étoile 🦋🌟

« Je me dis : « ce n’est qu’une date, peu importe si cela fait un an que tu as lâché ma main puisque tu me manqueras toujours… » Et pourtant ça fait mal, plus que d’habitude. Parce que ça fait « déjà » un an, alors que j’ai l’impression que le temps s’est arrêté depuis ton envol. Au-delà du manque, je ne peux m’empêcher de penser ce que tu aurais pu continuer d’être, avec tes joies et tes peines aussi, mais vivant, parmi les gens que tu aimes et qui t’aiment.

Il y a une dizaine d’années, en pensant au cycle de la vie, je m’étais dit que plus tard je serais bien triste de vous voir vieillir physiquement, toi et ta sœur. J’étais loin d’imaginer que tu partirais à l’âge où l’on fait des projets pour la vie… Qu’il aurait été bien, finalement, de voir les marques du temps sur ton doux visage ! Il en est ainsi, tu resteras toujours jeune dans mon souvenir, mon ange… C’est beau et c’est douloureux en même temps.

Je sais que la douleur ne partira pas, mais elle va s’estomper et je sais aussi que les souvenirs ne seront plus que joie dans quelques temps. Parce que ta présence dans nos coeurs nous guidera dans ce qu’il y a de mieux pour nous. Lorsque tu étais malade, tu n’aimais pas nous voir tristes. Alors on séchera nos larmes pour continuer à te rendre heureux.

Je t’aime mon amour. Tellement ! J’attends impatiemment la saison des papillons…
Tu mamacita. »

non Phasellus dolor. mattis sem, accumsan Donec suscipit
Share This