numéro vert 08 05 38 38 83

Un arbre planté, le nom de César gravé, mêlé aux paroles du petit prince, sur le parvis d’une école inaugurée dans sa ville au milieu de ses camarades de classe, sa famille et toute la ville et les élus réunis. 🌿

C’est l’acte généreux de la municipalité d’Istres pour honorer la mémoire et le courage de César et ajouter de la vie à sa mort. 💕

Les images d’une belle cérémonie et les mots magnifiques de son papa David 🌟

« Merci

Merci à vous monsieur le maire, à votre conseil municipal, aux techniciens de notre ville.

Merci aux architectes de ce fabuleux édifice, à toutes celles et ceux qui ont contribué à son élévation.

Merci d’avoir proposé d’honorer la mémoire de César en baptisant de son nom ce parvis.

Mais vous avez fait plus qu’honorer la mémoire d’un enfant, plus que graver son combat dans l’histoire de notre ville.

Vous avez mis de la vie dans la mort.

Vous avez remis la mort à la place que l’on doit lui accorder. Un simple passage pour ceux qui nous quittent mais qui laisse malheureusement place à un immense vide pour ceux qui restent.

Et c’est là que le souvenir, la mémoire qu’elle soit individuelle ou collective, prend tout son sens.

Malgré la douleur de l’absence, la tragique injustice, la mémoire de nos enfants ne doit pas nous figer dans le passé, ne doit pas éteindre le présent, ni annihiler notre futur.

Cette mémoire doit être vivante et vivifiante.

Elle doit éclairer notre chemin, nous inspirer de notre vivant à devenir meilleurs.

A l’ombre de ce magnifique et majestueux cèdre du Liban.

Symbole de vie et d’éternité.

Ce sont des générations entières d’enfants qui vont construire leur avenir.

Puissent ils être inspirés par la force du combat qu’a mené César.

Qu’ils ne retiennent ni la mort, ni la souffrance mais le dépassement de soi par amour de la vie.

Que tous ces passages du Petit Prince de Saint Exupery, inscrits sur les fenêtres de cette école, leurs permettent d’engager précocement un rapport différent à l’invisible dans une société ou le rapport à la matière est devenu prégnant.

Enfin au-delà de l’hommage fait à César aujourd’hui, c’est un hommage à tous nos enfants partis trop tôt que vous avez matérialisé en ce lieu que tout un chacun pourra se réapproprier.

Monsieur le Maire, merci encore pour votre geste, merci d’avoir dépassé le tabou de la mort, d’avoir inscrit en ce lieu un hommage à la vie et l’espérance.

Merci aux amis de César pour leur courage et leur amour.

Merci à toutes et à tous de votre présence, merci de faire vivre encore aujourd’hui cette mémoire inaltérable. »

ut Lorem suscipit sed commodo consectetur fringilla felis
Share This