Le Point rose

Actualités

Lâcher de ballons pour Carla, Lundi 1er juin 2015

Le point rose, c’est ce qui rend le bleu plus bleu, plus beau, plus profond.
Carla-Marie est le point rose qui a sublimé notre vie.
Alors,  elle ne doit pas rendre aujourd’hui la vie plus triste, mais  continuer au contraire à la rendre plus belle et plus précieuse.

Car Carla, c’était et c’est la VIE, la quintessence de la vie.

Quand l’école et les parents d’élèves nous ont proposé de lui rendre hommage, on a voulu son papa, Paloma et moi, une cérémonie à son image : Une cérémonie simple, émouvante, pleine de vie et de couleurs, au milieu de la nature, en présence de ceux qu’elle aimait comme elle savait aimer, c’est-dire de tout son cœur et de tout son être, et de Pirate, le poney qu’elle considérait comme l’Amour de sa vie.

Aux enfants d’abord, je veux dire merci ! Ce sont de vrais magiciens qui ont des ressources étonnantes pour apprivoiser l’absence, le chagrin et l’amour éternel. Je veux leur dire de ne pas être tristes, de penser à ses rires, à ses grimaces, à ses gesticulations permanentes et à sa joie de vivre. Carla est dans vos cœurs et tout autour de vous. Quand vous en aurez besoin, elle vous enverra des signes et vous rassurera, comme elle le fait à Paloma, à son papa, à moi et à tous ceux qui l’aiment.   

Aux adultes ensuite, ceux qui ont eu la chance de connaître Carla-Marie, et à ceux qui, sans la connaître, ont été touchés par sa personnalité et son histoire, je veux dire de relire le Petit Prince. Ecoutez votre cœur et vos émotions, et vous la sentirez.

Car, Carla-Marie, c’était et c’est l’émerveillement devant la vie et sa beauté, c’est le choix de la vie intense et des émotions à fleur de peau, et c’est surtout le choix de l’amour.

Car, que nous enseigne son Petit Chaperon rose ? Qu’elle a souffert toute sa vie de se sentir différente, une différence liée à sa précocité et à son hypersensibilité qui la faisait souvent pleurer et se révolter. Une différence qui s’est longtemps traduite chez elle par la peur de l’autre et de l’inconnu. C’était un petit animal instinctif qui ne transigeait pas sur ses émotions et sentait les choses bien avant de les comprendre.

Mais au terme de ses voyages dans les mondes bleu,  vert et rose, qu’a-t-elle compris ? Elle a compris que la solution pour vivre heureuse avec son sentiment de différence n’était pas dans le repli sur soi, mais dans l’ouverture et l’amour des autres. Et c’est bien ce qu’elle a fait quand la maladie a commencé à se développer et à l’handicaper de manière visible. Elle n’a plus eu peur de sa différence paradoxalement,  elle est restée avec les autres et a commencé à aimer sa différence et sa vie comme jamais, trouvant chaque jour des raisons de rire et d’aimer la vie.

Alors à tous, je voudrais demander ceci : En mémoire de Carla-Marie, émerveillez vous, faîtes le pari de l’amour et de la vie. Car chaque fois que vous vous émerveillez devant un coquelicot dans un champs de blé, devant un arc en ciel, devant un animal qui se laisse apprivoiser ; chaque fois que vous prenez le temps de sauver un hérisson qui traverse la route,  que vous inventez un rituel qui donne du sens à des choses qui n’en ont pas pour les autres, chaque fois que vous perdez du temps à des choses inutiles et non rentables, chaque fois que vous préférerez les sapins de Noël vivants plutôt que morts, que vous lancez des vœux aux étoiles filantes et aux coccinelles, vous percevrez en vous Carla-Marie. Et elle rendra votre vie plus intense et plus belle, en faisant de ces milles et un petits bonheurs volés au temps, des petites secondes d’éternité.

Après le lâcher des ballons par les enfants, vous pourrez déposer dans la chapelle des cartes et des fleurs en hommage à Carla. Un mot sur les fleurs : ce sont des immortelles, comme elle… Et elles sont d’un bleu très particulier. Un bleu que les peintres créent en ajoutant une touche de rose au bleu primaire… Vous pourrez aussi allumer des bougies et regarder leur flamme danser comme Carla-Marie,  petite flamme éternelle dans nos cœurs. Vous pourrez aussi emporter des épis de blé fraichement fauchés dans nos champs (au double sens du terme… pardon à nos agriculteurs) ; Vous les verrez dorer bientôt comme ceux du Renard et du Petit Prince.

Merci à tous du fond du cœur. Merci à l’équipe enseignante de l’école, aux Diablotins, aux Parents des écoliers de la Trébillane, à la municipalité, au docteur La Planna de la Maison de Gardanne. Merci à Céline et Sébastien et aux amis des Ecuries du Serre que Carla considérait comme sa deuxième famille. Et merci surtout à Carla-Marie d’avoir illuminé nos vies, de nous avoir appris à vivre et aimer intensément, et de continuer à nous guider aujourd’hui sur nos chemins de vie personnels.