Le Point rose

Événements

Trophées Cap 2019 : Nathalie Paoli récompensée pour les actions du Point rose 🌸

Dimanche 20 janvier, lors de sa 4ème cérémonie citoyenne annuelle, l’association CAP (Citoyens en Actions de Proximité – voir présentation en fin d’article) a mis à l’honneur 8 personnalités marseillaises de la société civile. Nathalie Paoli, cofondatrice de l’association, figurait parmi les lauréats au titre des actions du Point rose.

Avant la remise de son trophée par Fazia Hamiche, la présidente de Citoyens en Actions de Proximité, un éloge très émouvant écrit par le journaliste Joseph d’Arrigo, a été lu par un bénévole engagé de l’association CAP à l’origine de la proposition de candidature de Nathalie Paoli. Nous sommes heureux de le reproduire ici au nom de toutes les familles concernées par le combat du Point rose.

« Nathalie Paoli : des jours de vie en point de mire

Quand on ne peut plus ajouter des jours à la vie, il faut ajouter de la vie aux jours », confie Nathalie Paoli, fondatrice de l’association « Le Point rose » qui se propose d’aider ceux qui sont confrontés à la pire tragédie qui soit : celle de la perte d’un enfant. Nathalie et son ancien mari Laurent Courbon ont vécu le calvaire inexorable de tous les parents qui voient s’éteindre leur enfant, emporté par la maladie. Ils ont fait la douloureuse expérience de l’hôpital, avec ses grandeurs, ses servitudes et ses faiblesses. Ils ont vu leur petite fille de neuf ans, Carla-Marie, s’étioler jusqu’à son dernier souffle. En l’espace de quatre mois, la petite Carla a succombé des suites d’une tumeur du tronc cérébral, un cancer du cerveau. Le décès d’un enfant, c’est une déflagration dans l’existence. C’est un uppercut. On n’en sort jamais indemne, si tant est qu’on en sorte un jour.

Nathalie et Laurent n’ont pas voulu rester allongés pour le compte. Ils se sont relevés, encore knock-out, mais debout. Ils ont décidé de vivre et de faire vivre Carla dans leur vie quotidienne, tout simplement en consacrant leur énergie à humaniser davantage la fin de vie des enfants hospitalisés. Sachez que ce n’est pas une sinécure. Le projet de mieux accompagner des familles promises à un deuil inéluctable n’est pas facile car les médecins et les infirmières ont d’abord pour vocation de sauver les vivants. Pas d’accompagner l’agonie d’un mort potentiel.

Pour le dire crûment, la mort à l’hôpital est une sorte d’incongruité : ça ne se fait pas de mourir dans un lieu réputé pour ses soins. On passe sans transition de « cas grave » à « cas perdu ». Voilà pourquoi, dans la chambre du fond du couloir où était hospitalisée la petite Carla, des ambulanciers se sont empressés de l’évacuer au funérarium à trois heures du matin sans le moindre égard pour l’indicible douleur des parents qui souhaitaient veiller leur fillette. Non, il fallait vite, la transporter par une porte dérobée, à l’abri des regards, car un autre enfant devait être hospitalisé à sa place…

La mort d’un enfant, est injuste, c’est contre-nature, mais c’est une réalité : plus de 5000 enfants à l’heure actuelle meurent en France chaque année, à la naissance ou des suites d’un accident, d’une maladie ou d’un suicide. Qui s’en soucie ? On évoque à longueur de colonnes de journaux le nombre excessif des accidents de la route, mais sait-on que le nombre de décès d’enfants est bien supérieur ? Qui le dit ? Personne.

La révolte de Nathalie Paoli, c’est un cri du cœur, un SOS déchirant d’humanité. Un enfant, ça ne meurt pas ? Eh bien oui, un enfant, ça peut mourir. Tous les jours. Partout en France. La fameuse loi Léonetti sur les soins palliatifs ne se réduit pas à l’administration d’analgésiques destinés à atténuer la douleur du patient, ni à son alimentation intraveineuse ou à la vigilance concernant une pathologie supplémentaire à celle existante. La législation fait obligation aussi d’accompagner l’entourage du mourant pour le préparer au pire et l’aider à vivre après. Un enfant en fin de vie, normalement, ne devrait pas être dissocié de sa famille.

Or, c’est la logique du « à quoi bon puisque c’est perdu », quand ce n’est pas une logique financière qui prime, et les efforts de Nathalie Paoli, à l’inverse, rejoignent les exigences du cœurLes soignants ne sont pas formés pour accompagner le deuil, même quand il est aussi contre-nature. C’est un sujet tabou, frappé d’omerta. On se voile la face. On s’en tient au précepte d’Hippocrate : « notre rôle est de sauver des vies ». Une fois qu’on a posé le diagnostic d’incurabilité, on n’a plus guère de considération pour le malade. C’est désormais un mort-vivant. Dès que l’enfant aura rendu l’âme, on effacera très vite son prénom de la porte de sa chambreComme si l’on en avait honte…

Il faut que cet état d’esprit change, il faut que les enfants soient accompagnés jusqu’à la fin, par leurs parents bien sûr, mais aussi par leurs frères et sœurs, par leurs cousins, leurs amis et leurs animaux de compagnie. Pour cela, l’hôpital est un lieu inadapté. Un univers stérile ou l’accompagnant est toléré. Admis. Traité. Mais pas vraiment aimé à la mesure de son immense désarroi. Or pour aider l’enfant à partir en paix, il faut aider ses parents. Il y va du respect de la vie de l’enfant qui part mais aussi de celle de ceux qui restent et vont devoir lui survivre. Les possibilités de leur résilience naissent déjà dans cet accompagnement.

Voilà ce qu’est en train de changer Nathalie Paoli, non seulement à Marseille mais en FranceElle a surmonté la tentation « du fond du gouffre», celle de la dépression et du désespoir. Elle a trouvé le chemin de la résilience qui vous permet de dénicher en vous les ressources nécessaires pour accepter l’inacceptable. Oui, elle a résisté à ce choc terrible. Et elle entraîne aujourd’hui dans son sillage salvateur des centaines de parents déboussolés par la perte de ce qu’ils avaient de plus cher au monde.

Elle a créé un numéro gratuit national pour répondre aux interrogations des familles vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Elle essaie de définir un protocole des bonnes pratiques d’accompagnement, tant médical qu’administratif, fondées sur la reconnaissance du traumatisme que représente dans une familles la mort d’un enfant. Elle remue ciel et terre pour que les familles des enfants en fin de vie soient mieux entourées et considérées. Son objectif à présent est de bâtir un centre d’accompagnement thérapeutique destiné à ces familles éplorées. Un centre de soins post-deuil, où des écoutants et des professionnels bienveillants administreraient  une sorte de morphine affective et morale à ceux qui sont morts dans leur tête et leur cœur. 

Ce qui doit changer en priorité, confie Nathalie, c’est l’euthanasie passive qui se pratique officieusement sans toujours de concertation avec les parents. On se dit « à quoi bon ? » A quoi bon prolonger inutilement la vie d’un être voué à mourir. Il vaut mieux écourter son agonie car ça coûte très cher à la collectivité. N’est-ce pas ? Eh bien non, s’indigne Nathalie, il faut prendre le temps, respecter la personne qui part, prendre soin de ceux qui restent. La plupart des parents auxquels elle a eu affaire sont victimes de syndromes post-traumatiques qui n’étaient pas liés à la mort de leur enfant mais au vécu hospitalier qui a précédé son décès. Malentendu. Incompréhension. Omerta. Honte. Silence coupable. Longtemps après la mort de leur enfant, ils sont hantés par ce traitement perçu comme indifférent en apparence à l’humanité.

Il serait illusoire de prétendre créer ex cathedra un centre de soins palliatifs pédiatriques viables économiquement selon les professionnels eux-mêmes. Il est difficile de se dire que ce genre de structure puisse dépendre de ses conditions de « rentabilité ».. Mais, au minimum, on peut former des équipes mobiles qui se déplaceraient à domicile pour prodiguer les soins palliatifs médicaux mais aussi psychologiques. Car à ce stade, ce dont a autant besoin l’humain est la ressource ultime qui aide à vivre l’impensable. «Vous savez, explique Nathalie Paoli, les enfants font preuve d’un courage exceptionnel et d’une volonté de survie étonnante. Ils honorent la vie jusqu’au bout. On leur doit la plus grande considération. Carla, c’était la vie à bout de souffle, pas la mort ! »

Elle a raison Nathalie : les enfants ne sont pas des demi-vies qu’on doit conclure à la va-vite. Nul ne doit s’arroger le droit de faire comme si cette vie n’était déjà plus là. Les soignants qui croient se forger une carapace d’indifférence en se disant : « on sauvera le prochain peut-être », ceux-là ne sortiront pas indemnes non plus de l’épreuve qu’ils s’infligent. « Avec Carla à l’hôpital, confesse Nathalie, j’ai vécu les pires moments de ma vie mais aussi les plus intenses. Des moments d’amour ultime tellement fort qu’il me porte aujourd’hui encore. On doit aider les familles à vivre cet amour ultime dans les meilleures conditions. Car l’amour est la seule chose qui puisse guérir le cœur humain». Carla le lui a murmuré peu avant la fin à l’oreille : « ma petite maman, derrière chaque malheur se cache un petit bonheur ». 

Certes, le processus de cicatrisation est long, très long, semé d’embûches. On s’interroge sur l’au-delà. Sur le sens de la vie. On dialogue intérieurement avec son enfant perdu. On espère que son âme est restée là, près de vous, dans un arbre, un buisson, un nuage, comme un ange gardien. On se fait une raison.

Merci infiniment Nathalie Paoli de tout ce que vous faites pour restaurer le sens de la vie dans toutes les âmes mortes. Votre fille Carla serait fière de sa petite maman ! »

 Joseph d’Arrigo, 20 janvier 2019

L’association CAP « Citoyenneté, ils écrivent ton nom »

CAP est une association de bénévoles issus de secteurs sociaux et économiques variés qui partagent l’envie de s’investir pour l’intérêt général face aux difficultés sociales que connaît notre société, et le constat que le premier chantier pour oeuvrer à l’intérêt général est de travailler sur l’état d’esprit citoyen. Elle s’appuie pour cela sur de nombreux partenaires tels que les collectivités publiques, sans être pour autant subventionnés, des entreprises locales, Euromed, la Préfecture, l’éducation nationale, l’armée de l’air et d’autres associations marseillaises.

« Parce que nous sommes républicains, et parce que nous croyons en notre citoyenneté active nous nous sommes naturellement organisés comme citoyens en actions de proximité. », explique la présidente Fazia Hamiche.

CAP oeuvre ainsi dans le cadre de deux thématiques: la première est de promouvoir l’éducation par l’engagement, avec l’ambition de sensibiliser la jeunesse à l’engagement civique, et la seconde est de valoriser l’engagement des femmes pour la ville de Marseille.

« Nous faisons le constat quotidien que le désenclavement de certains quartiers de la ville, la persévérance scolaire, le goût de l’effort, l’ambition pour soi et pour ses proches, l’engagement civique ne viennent durablement que par l’exemple de figures aux parcours inspirants. C’est là notre double définition de la proximité, faite d’actions et d’inspirations locales. C’est la raison pour laquelle nous organisons une cérémonie citoyenne chaque année, afin de mettre à l’honneur 8 citoyens qui œuvrent dans l’intérêt de tous. »

Toutes les dates des marchés de Noël 2018 du Point rose

Cette année encore, Le Point rose tiendra des stands sur plusieurs Marchés de Noël et proposera les créations de ses ateliers avec de nouveaux rendez-vous et de nombreuses nouveautés, riches en amour et en couleurs du Point rose 🌲🌟💕

🎅🏻  Voici nos rendez-vous, dans le 13, 06, 93 et 80  🤶🏻


⭐️ Mardi 4 et mercredi 5 décembre : Marché de Noël de ST Microélectronic à Rousset (13106)
⭐️ Vendredi 7 décembre : Marché de Noël au Centre Saint-Victor, du CHU Amiens-Picardie (80054)
⭐️ 7, 8, 9 décembre : Marché de Noël de Cabriès-Calas (13480)
⭐️ 14 et 15 décembre : Marché de Noël de la Mairie du 11/12 à Marseille (13012)
⭐️ Vendredi 14 décembre : Marché de Noël de l’Ecole élémentaire de Canaples (80670), salle polyvalente, à partir de 18h30
⭐️ Samedi 15 décembre : Noël du Point rose à l’Oustau per tutti de Calas (13480)
⭐️ Mardi 18 décembre Marché de Noël de la Banque Populaire, 247 av. du Prado, Marseille (13008)
⭐️ Vendredi 21 décembre : Marché de Noël de l’école élémentaire Jean Jaurès, au Bourget (93350)
⭐️ 22, 23, 24 décembre : Marché de Noël de Valbonne Sophia Antipolis (06560)

 

Soirée Musichall’ino 🎪

Il est difficile de vous résumer le Musichall Ino Spectacles de Marseille 🤩 … 2h de numéros de variétés de très grande qualité, dans un Palais des congrès à guichets fermés.

C’est aussi le spectacle d’une famille de 40 bénévoles qui donnent tant pour offrir cette belle soirée et soutenir des associations comme la nôtre, que chaque spectateur en repart empli des émotions 🥰 du spectacle mais aussi de leur générosité et de leur amour 💓

Un immense merci à Jean-Loup Morlot et à sa famille de porter à Marseille la flamme de Musichall’ino 🔥 et de l’allumer dans nos cœurs 💙💚💛💜🧡

Et quel magnifique spectacle et quelle émotion d’avoir entendu Alain Filippi interpréter sa chanson inspirée de l’histoire de Carla-Marie et des enfants du Point rose 💕.

Merci Alain de transmettre toute l’émotion et l’amour de nos enfants dans « Je suis » ; ce soir, « ils étaient », grâce à lui, grâce à vous tous 🌟

 💖 Les mots, les notes, la voix mêlés aux étoiles éclairées dans la salle en hommage aux étoiles dans nos cœurs….💞

 

 

 

Le Bal du Point rose

bal2Le Cercle des Nageurs de Marseille a accueilli le premier Bal du Point rose lors d’une magnifique soirée caritative dînatoire et dansante, le jeudi 28 juin 2018. Organisée en collaboration avec le Ladies’ Circle of Marseille, qui soutient l’association depuis sa création, Le Bal du Point rose réunissait de très nombreux partenaires sensibles à sa cause et ses familles.

La soirée était animée par le concert privé d’Alain Filippi, auteur compositeur interprète qui nous a présenté en avant-première son nouvel album « Certifié Non Conforme » avec la belle surprise d’y retrouver le morceau «Je suis», inspiré par l’histoire de Carla-Marie et dédié au Point rose.

Cette première édition du Bal du Point Rose, accueillait également le talentueux trio Andrea Acoustic Cover d’Olivier Piu et pour prolonger encore dans la nuit l’ambiance de la soirée DJ Claude N’Joya. Un cadre magique, face à la mer, sous un coucher de soleil exceptionnel, puis un clair de lune… rose, avec une musique de rêve pour danser, vivre et partager un moment inoubliable.

Tout était donc réuni pour rendre ce concert caritatif unique, avec pour objectif d’ajouter de la magie et du rose à la vie de ses participants, parmi lesquelles de nombreuses familles du Point rose.

Merci les Ladies de Marseille pour votre mobilisation pour le Point rose, grâce à vous, aux participants et aux partenaires de la soirée et avec la générosité de tous, le montant des bénéfices de la soirée s’est élevé à 11.489 euros.

Merci à tous nos partenaires sans qui cette soirée n’aurait pas pu avoir lieu : Le bouquet de l’Habitat, Com.mod, Marseille Winery, Federial, MetSens, Club Pernod, EvenTEK, Vacances Bleues, Pepita&Co, Mediacom, France Boissons, R2 Sécurité, Quadrissimo, SME évènement, Body minute et Nail minute de Marseille Vieux Port, Bourse, Prado 2 et La Valentine, Vertus et Bienfaits, Team Search, et Au Secret des Fleurs by Audrey Fleurs & Events.

Retrouvez toutes les PHOTOS de la soirée ici mais aussi le FILM… là

Grâce à vous tous, notre bal est non seulement inoubliable mais aussi d’un grand soutien pour nos actions et notre projet de Maison du Point rose 💗💗

 

 

 

laprovenceBal

bal1 bal19 bal18 bal17 bal13 bal8bal9 bal4

APREM CHAMALLOW – Avec l’OGC Nice et notre (ange) gardien Yoan Cardinale

Le Point rose et l’OGC Nice c’est une belle histoire qui se prolonge bien au-delà de l’enceinte des l’Allianz Riviera et des matches européens des Aiglons qui permettent d’inviter les familles du Point rose et de rendre hommage à leur enfant. Le club l’a montré une nouvelle fois en ouvrant les portes de son nouveau centre d’entraînement, inauguré à la fin de l’année 2017, à l’Aprem Chamallow du Point rose, le samedi 3 mars dernier.

Les « Aprèm Chamallow » sont des après-midi organisées par Le Point rose autour d’ateliers créatifs thématiques (perles, laine, fimo, peinture, calligraphie, fleurs, pâtisserie…), pour participer à la fabrication des créations de l’association, partager idées et tecniques et ce faisant… transformer le malheur des familles frappées par la perte de leur enfant en petits bonheurs… Le tout dans une ambiance conviviale, en partageant bonbons, cookies et gâteaux maison. Ces après-midi permettent d’accueillir petits grands et de leur offrir un moment de douceur inspiré par l’amour inconditionnel des enfants partis trop tôt.

Sur les Aprèm Chamallow, lire aussi : https://lepointrose.org/aprems-chamallow-point-rose/

Pour leur première « Aprem Chamallow» ensemble, l’OGC Nice et Le Point rose ont reçu une quarantaine de parents et d’enfants qui ont répondu à l’invitation.
chamallow-nice-20

 

« Notre devise est que derrière chaque malheur se cachent encore des petits bonheurs : la vie est le remède à la vie », a expliqué Nathalie Paoli, la présidente de l’association Le Point rose.

La salle de conférence de presse, habituée à recevoir les joueurs et les médias, a cette fois été investie par les enfants et transformée en salle d’ateliers créatifs et de goûter.

À souligner aussi la présence de petits lapins, dans le cadre de la médiation animale proposée par la psychologue de l’association Marjorie Cesaro-Romani également présente pour encadrer la séance.

L’après-midi a été décomposée en deux temps forts :

La visite du nid des Aiglons par Yoan Cardinale.

Le gardien du Gym est aussi le parrain de l’association. Il veille depuis la création de l’association à apporter son image mais aussi sa présence, chaque fois que possible. Et il l’a encore démontré, en restant toute l’après-midi avec les parents et les enfants présents.  Il a fait découvrir les vestiaires de l’équipe professionnelle, ainsi que ses salles de musculation, de soins et de balnéothérapie. Les pitchouns présents ont même eu le loisir de fouler la pelouse et de (tenter de) marquer des buts à leur parrain.

chamallow-nice-14

 

Les ateliers créatifs.

Menés par des mamans dynamiques et au grand cœur, ces ateliers ont permis à tous les enfants mais également à leurs parents de s’initier à la création de pompons, de peluches en laine, de bijoux et de fleurs à partir de capsules de café usagées. Un moment apprécié par tous et permettant de créer des liens forts entre toutes ces familles qui ont pour point commun d’avoir vu leurs enfants ou leurs frères et sœurs partir trop tôt. »

chamallow-nice-8

 

 » Ce que je retiens, ce sont les sourires affichés sur le visage des petits comme des grands « , conclut Yoan Cardinale, avant de retourner échanger avec les participants. « Ils ont pu oublier, le temps d’une après-midi, tous leurs problèmes. Ces sourires, c’est la plus grande victoire de l’association ».

Nice Matin - 04.03.2018

Nice Matin, dimanche 4 mars 2018

Voir aussi le lien sur OGCNICE et  France 3 Côte d’Azur

NiceMatin.com le mercredi 7 mars : http://www.nicematin.com/football/yoan-cardinale-gardien-du-sourire-des-enfants-et-des-parents-de-lassociation-le-point-rose-213372

Actufoot06 le mercredi 7 mars : http://www.actufoot.com/06/apres-midi-de-reve-familles-yoan-cardinale-point-rose

Séquence dans le Zap’Gym du mercredi 7 mars : http://www.ogcnice.com/fr/medias/tv/33190/le-zapgym-n131 (De 10min05 à 11min14)

Sed ultricies dapibus Lorem efficitur. felis venenatis,